Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

REPONSE AU TRACT BILAN DE NICOLAS SARKOZY

24 Janvier 2012 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Idées

réformesREPONSE AU TRACT BILAN DE NICOLAS SARKOZY

     

 

« Parfois, le chef, inapte à se décider, se donne par l’agitation l’apparence et l’illusion de l’activité et, s’attachant à quelques détails, consume en interventions accessoires et désordonnées son désir d’influer quand même sur les évènements. »

            Charles de Gaulle, Le fil de l’épée.

 

 

 

 

Comme je l’ai déjà écrit par ailleurs (lire Petit bilan des petites réformes de Nicolas Sarkozy), L’UMP affiche toujours avec vigueur le bilan du mandat de M. Sarkozy comme étant celui des réformes. Le parti présidentiel n’hésite également pas à faire quelques petits arrangements avec la vérité (lire Les contre-vérités de Christian Jacob sur le protectionnisme et Les bons points du FMI à l’UMP) Pourtant, à bien regarder en détail, il n’y a pas vraiment de quoi pavaner[i].

 

 

-          Réforme des retraites : cette réforme fait peser l’essentiel de son poids sur le Travail, alors que celui-ci est déjà surtaxé en France, tout en évitant soigneusement de mettre à contribution deux des clientèles électorales majeures du Président (en l’occurrence les rentiers du Capital et les retraités). Sachant de plus que cette réforme en nécessitera une autre en 2015 … et surtout qu'elle ne s'est nullement intéressée à l'emploi des séniors, ce qui équivaut donc à transférer une partie des déficits des retaites sur ceux du chômage.  

 

-          Autonomie des universités : l’idée de la réforme était largement pertinente mais sa mise en application a été chaotique et surtout le manque de moyens consentis a mis au bord de la faillite de nombreuses universités, au point qu’une dizaine d’entre elles ont été placées sous tutelle du rectorat. De plus, elle a crée des dispositifs kafkaïens pour les chercheurs. Lire La réforme qui murmure encore à l’oreille des universités de Françoise Benhamou (Le Monde, 11/11/11) et Autonomie des universités : la rigueur gâche la fête par Benoît Floc’h (Le Monde, 30/12/11). Mais surtout, le quinquennat a éludé la problématique majeure des universités : des milliers d’étudiants y rentrent (ou y demeurent) tous les ans dans des voies de garage qui les mettront en situation d’échec. Pour remédier à cela, il eut fallu une vraie réforme courageuse qui mette en place des numerus clausus par filière et permette aux universités de choisir leurs étudiants sur dossier scolaire.

 

-          Revalorisation de 25% de l’allocation adultes handicapés : elle sera effective au 1er septembre 2012 (…), l’essentiel des augmentations ayant lieu entre le 1er avril 2011 et cette date[ii]. Autrement dit, Nicolas Sarkozy a tenu une promesse qui …. engagera financièrement son successeur.  Et dans le même temps 6000 accompagnements de demandeurs d’emplois handicapés auraient été supprimés[iii].

 

-          Interdiction du port de la burqa : une loi purement symbolique qui touche un nombre très faible de personnes (à priori quelques centaines) mais surtout qui attise de manière totalement stérile l’islamophobie et les clivages en allant clairement faire de la contrebande sur les terres du Front National, d’autant plus que des lois l’interdisaient déjà :

  • o       Le code de la route oblige tout conducteur à être maître de ses mouvements et à disposer du plus grand champ de vision possible. Manifestement, le port de la burqa va à l’encontre de ces dispositions.
  • o       Les agents des forces de l’ordre doivent en toute occasion pouvoir vérifier l’identité des personnes dans les lieux publics. Il leur suffisait donc d’effectuer des contrôles d’identité sur toute personne portant la burqa.

 

-          Reconduction à la frontière de 30 000 immigrés par an : en 2006, il y avait déjà eu 25 000 reconductions à la frontière (…). En outre, le ministère de l’Intérieur agite certes un chiffre mais quelles en ont été les conséquences réelles, par exemple sur l’emploi et la sécurité ? Quelles mesures concrètes ont été prises contre les entreprises qui emploient en toute illégalité des immigrés clandestins ?

 

-          Instauration des peines planchers pour les récidivistes : la mesure a, peut-être, le mérite d’exister, quoique … elle entraîne potentiellement une peine de an d’emprisonnement pour un vol d’orange commis en récidive … Jean Valjean est de retour ! Mais on peut aussi s’interroger sur la sur-inflation législative dans le domaine de la sécurité (comme dans bien d’autres domaines d’ailleurs) : 18 lois sur la sécurité depuis 2001 pour un bilan pour le moins mitigé puisque les atteintes aux personnes ont continué à augmenter. Le gouvernement aurait peut-être mieux fait de prendre d’autres angles d’attaque, comme, par exemple, la réinsertion des primo-délinquants ou la surpopulation carcérale (hautement facteur de récidive).

 

-          Service minimum dans les transports et dans l’éducation nationale : le service minimum dans les transports tient en effet « la route » aujourd’hui. L’appellation mériterait toutefois d’être relativisée : il ne s’agit pas de réquisitionner des agents (fort heureusement) mais de les contraindre à se déclarer grévistes 48 heures à l’avance afin de permettre aux services de s’organiser.

Dans l’éducation nationale, le service minimum connaît des nombreux bégaiements, imputables il est vrai bien souvent à la mauvaise foi et la mauvaise volonté d’élus locaux de l’opposition.

 

-          Exonération des heures supplémentaires : la mesure a été progressivement détricotée au point d’en devenir incompréhensible. Là aussi, le gouvernement est parti d’une idée pas forcément mauvaise en elle-même mais qui prend le problème (le coût du travail) par un tout petit bout, alors que c’est une réforme fiscale d’une toute autre ampleur qui est nécessaire[iv].

 

-          Suppression des droits de succession pour 95% des Français : alors que les comptes publics sont au bord de la faillite, il n’y a pas de fierté à tirer d’une mesure qui encourage la transmission des inégalités de génération en génération[v] tout en décourageant l’initiative personnelle (normalement pourtant un thème libéral).

 

-          Plans cancer et Alzheimer : Le « plan cancer » a été initié par Jacques Chirac … Quant à la lutte contre la maladie Alzheimer, elle souffre surtout du tarissement des crédits accordés à la recherche par l’Etat ses dernières années. Lire Plan cancer, plan Alzheimer : la recherche en souffrance par Pierre Aucouturier et Bertrand Monthubert (Médiapart, 20/10/2011). On peut néanmoins peut-être trouver une mesure concrète dans ce registre : la fondation Médéric Alzheimer dans le conseil d’administration de laquelle on retrouve Guillaume …. Sarkozy[vi].

 

Les autres chiffres donnés :

-          150 000 personnes sorties de la pauvreté grâce au RSA. D’après l’Express[vii], le chiffre est le bon mais il montre aussi – et surtout- qu’au final cela ne concerne que 0,2% des personnes touchées par la pauvreté en France alors que Nicolas Sarkozy avait promis de faire baisser la pauvreté d’un tiers …

Plus précisément sur le RSA, là encore, le principe initial de la réforme est bon mais l’idée n’est pas allée jusqu’au bout : en conservant une multitude d’autres aides (financières ou en nature), le RSA n’incite pas beaucoup plus le retour à l’emploi.

-          600 000 logements sociaux construits depuis 2007. Toujours selon l’Express, il n’y a eu que 330 000 logements mis en chantier depuis 2007, sachant que … une bonne part d’entre eux provient du plan Borloo (500 000 logements) lancé en … 2005. En outre, sur l’ensemble du sujet (le logement), le bilan est plutôt mitigé : lire Logement : le bilan mitigé des années Sarkozy par Marine Rafenberg (L’Express, 11/01/2012). 

-          50% de personnes ayant accès à l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé. La sémantique est importante : relisez bien la phrase, cela ne signifie pas que 50% de personnes supplémentaires disposent d’une complémentaire santé, ni même d’ailleurs que les personnes qui ont potentiellement accès à cette aide l’ont utilisée…  Et puis, il y a tout de même une certaine ironie à parler des complémentaires santé lorsque la taxe sur ces complémentaires a été augmentée tout en diminuant fortement les remboursements de la sécurité sociale.

-          35Mds€ d’investissements « d’avenir » : on aimerait en connaître le détail … (tout comme pour le plan de relance …). Pour l’Express, le seul chiffre correspondant à ce montant serait le Grand Emprunt national dont le contenu est franchement flou (au point que l’on peut se demander s’il n’a pas servi à nourrir la clientèle du parti au pouvoir).

-          Augmentation de 25% des étudiants boursiers  sur critères sociaux. C’est à moitié vrai : cela concerne essentiellement des étudiants qui ont été exonérés des frais d’inscriptions universitaires et ne touchent pas de bourse en supplément (cf. L’Express).

-          17,5 % de délinquance générale en moins depuis 2002. Le mot « général » a son importance car dans le même temps les atteintes aux personnes ont augmentées. Et surtout, pour atteindre leurs contrats d’objectifs, cette désastreuse politique du chiffre a conduit les forces de l’ordre à verbaliser et à  s’autosaisir d’affaires ayant de fortes chances d’être résolues pendant qu’ils étaient susceptibles de décourager les victimes à ne pas porter plainte dans les affaires ayant peu de chances d’arriver à un dénouement.

-          32 000 décès sur la route depuis 2002. Le trac fait bien de prendre l’année 2002 comme référence. Car la lutte contre l’insécurité routière avait été érigée comme priorité par le Président Chirac en 2002 et c’est essentiellement entre 2003 et 2006 que l’on constate une forte diminution du nombre de morts sur les routes. Depuis 2007, cette décroissance est beaucoup moins marquée[viii].

 

Et surtout le « La France sur le chemin du désendettement » … là on peut exploser de rire. Sur le sujet, lire : le Président à 300 millions€/jour.

Si on rentre dans le détail, le tract annonce 24 Mds€ d’économie jusqu’à 2018 grâce à la réforme des retraites. Pourtant, le gouvernement lui-même avait annoncé un chiffre de 20Mds€ et ce, non pas jusqu’en 2018, mais jusqu’en 2020 tandis que la Caisse nationale d’assurance vieillesse annonce 8,3 Mds€ jusqu’en 2020 (avec un déficit de 10 Mds€).

 

En conclusion, Le Président et l’UMP continuent à s’agiter et à faire de la com’. Pour autant, il conviendrait de se remémorer, et ce ne sont que des exemples parmi bien d’autres, la grande réforme de la fiscalité annoncée tambour battant fin 2010 qui n’a accouché que d’une ridicule réforme du bouclier fiscal et de l’ISF. Le grand chantier de la dépendance est quant à lui directement passé aux oubliettes. Et il y a fort à parier que la TVA sociale et surtout la Taxe Tobin (sur les transactions financières) subiront le même sort.

 

Et ne parlons même pas de la « République irréprochable » ….


Le Président des réformes ? Vous êtres vraiment sûr ?

 

 

Pour conclure, on pourra lire avec beaucoup d’amusement ce contre-tract édité par le blog  le pudding à l’arsernic et surtout constater, qu’à priori, on ne trouve plus le trac original sur le site de l’UMP[ix]



[i] On pourra également consulter l’excellent ouvrage de Pierre Cahuc & André Zylberberg : Les réformes ratées du Président Sarkozy (Flammarion, 2009)[i]. Une fiche de l’ouvrage est disponible ici : http://econo.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=18&Itemid=2&codenote=192 ; j’en éditerai prochainement une sur ce blog.

[v] Voir le paragraphe sur les héritages dans Pour une réforme radicale de la fiscalité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article