Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

Ich bin ein Grieche ! Είμαι Έλληνας !

3 Août 2015 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Idées

Ich bin ein Grieche ! Είμαι Έλληνας !

 

« Il y a deux manières de conquérir et asservir une nation. L’une est pas l’épée, l’autre par la dette ».

 

John Adams

 

L’Allemagne a-t-elle la mémoire courte ?

En 1945, l’humanité entière aurait pu vouer une haine féroce au pays qui avait engendré la barbarie nazie et pris une part prépondérante, deux fois en moins de 30 ans, à la mise à feu et à sang de la planète entière[i].  Les Alliés vainqueurs auraient pu dépecer l’Allemagne, comme l’avait réclamé sans l’obtenir, 25 ans plus tôt, Georges Clemenceau lors des négociations de Versailles.

Ils n’en firent rien. Bien au contraire. L’Allemagne, comme toute l’Europe détruite, bénéficia des largesses, certes intéressées mais tout de même indispensables à la reconstruction, du Plan Marshall. Mieux encore, par les accords de Londres (1953), ces mêmes Alliés offrirent une fantastique ristourne sur la dette allemande afin, là aussi, de relancer l’économie germanique[ii]. Quarante ans plus tard, encore une fois et contrairement à bien des idées reçues, les Européens furent, une fois supplémentaire, amplement mis à contribution pour financer la réunification allemande[iii].

Mais l’économie n’est pas tout. De la gestion tumultueuse de l’après-guerre aux soubresauts de la Guerre froide en passant par la crise des euromissiles ou l’extraordinaire geste du général de Gaulle lors du traité de l’Elysée, l’Allemagne n’a jamais été abandonnée.

Et pourtant, derrière le paravent de la technocratie européiste et avec la  complicité honteuse de la France – ou tout du moins de ceux qui sont censés la représenter – l’Allemagne impose un diktat honteux à un peuple qui, lui, n’a pas été vaincu par les armes. Un peuple qui n’a déclaré la guerre à personne. Un peuple qui n’a organisé aucune extermination de masse. Un peuple dont le seul tort aura été d’avoir laissé trop longtemps à sa tête une clique ploutocratique qui l’a pillé, avec, au passage, l’aimable complicité des banques européennes, au premier rang desquelles les officines allemandes et françaises[iv] et, l’ayant même probablement aidé à truquer ses comptes, l’ancien employeur de l’actuel patron de … la Banque centrale européenne[v]. Un peuple qui, en portant Syriza à sa tête, a eu le tort, le grand tort, probablement l’impardonnable tort, de vouloir dégager cette ploutocratie !

Il ne s’agit pas de faire porter aux Allemands ad vitam aeternam les crimes de leurs pères. Mais il ne s’aurait s’agir tout autant de faire porter au peuple grec les fautes des partis[vi] qui l’ont gouverné pendant trente ans, et ce avec toute la complaisance des autres gouvernements européens. Car, en condamnant la jeunesse grecque à l’austérité à vie (le FMI lui-même estime  que dans 30 ans la dette grecque ne sera toujours pas viable ![vii]), c’est de cela dont il s’agit. L’Allemagne, et ses complices, réinventent l’esclavage pour dette.  Cette Allemagne moraliste qui ferait bien de se remémorer les paroles de l’un de ses propres philosophes, Karl Jasper  : « Tout peuple est responsable des actes commis par son gouvernement. Mais cette responsabilité politique n’entraîne pas automatiquement une responsabilité morale, celle-ci relevant du domaine de la conscience individuelle. On ne peut pas inculper d’un crime un peuple tout entier. Moralement, c’est seulement l’individu qui peut être jugé … il ne peut donc y avoir, en dehors de la culpabilité politique, aucune culpabilité collective d’un peuple »[viii]. Ou encore, de l’un de ses anciens chanceliers, Helmut Schmidt :  « Nous autres Allemands n’avons pas réalisé seuls notre considérable performance de reconstruction des six dernières décennies. Cela n’aurait pas été possible sans l’aide des vainqueurs de l’Ouest, ni sans notre encadrement par l’Union européenne et l’Alliance atlantique, ni sans l’aide de nos voisins, ni sans l’effondrement du bloc de l’Est et la fin de la dictature communistes. Nous autres Allemands avons des raisons d’être reconnaissants. Et le devoir d’honorer la solidarité reçue en étant solidaires de nos voisins … Dans la recherche de solutions (à la crise actuelle), nous ne devons pas ériger notre ordre économique et social, notre système fédéral, notre conception du budget et des finances en modèles ou références à adopter, mais les présenter à titre d’exemples, parmi d’autres possibilités »[ix].

 

Aujourd’hui, peut-être plus que jamais, l’Allemagne réalise cette sombre prophétie du germaniste Charles Andler (en 1915) : « Les Etats-Unis d’Europe se réaliseraient par l’intérêt de tous ou par la contrainte ultérieure imposée aux plus faibles et, en tout cas, sous l’hégémonie de l’Allemagne »[x]. En ce début du XXe siècle, un conseiller du Kaiser constatait alors que « (Le Kaiser Guillaume II) se considère déjà comme le directeur de la politique des Etats-Unis d’Europe »[xi]. Un siècle plus tard, Angela Merkel aurait pris la place du Kaiser et rien n’aurait changé ?

 

Il y a pourtant une peu plus de 50 ans celui qui fut probablement le dernier grand président américain se portait au secours d’un Berlin menacé par les divisions soviétiques et, face à des Allemands craignant pour la liberté, clamait à la face du monde « All free men, wherever they may live, are citizens of Berlin, and, therefore, as a free man, I take pride in the words « Ich bin ein Berliner » !»[xii].

 

Aujourd’hui, alors que l’Europe pourrait être sur le point d’entamer sa troisième autodestruction en un siècle, que c’est l’honneur de tout un peuple qui est bafoué, que c’est sa jeunesse que l’on condamne à une pénitence éternelle, que la démocratie est écrasée sous la botte de technocrates bornés, de politiciens médiocres et de financiers cupides, que c’est la liberté qui est enfermée dans la geôle de la créance perpétuelle, chaque homme libre doit pouvoir, de son cœur, de son âme, de son intelligence, de sa fierté, clamer : Ich bin ein Grieche ! Είμαι Έλληνας !

 

 

 

Origine de l'illustration : Visuel de Bettina David-Fauchier, pris sur http://www.gaullistelibre.com/2015/07/grece-mais-comment-peut-on-soutenir-le.html

 

 

 

[i] Sur les responsabilités du pangermanisme dans les deux guerres mondiales, lire en particulier Jean-Pierre Chevènement, 1914-2014 l’Europe sortie de l’Histoire ?, Fayard 2013

[iii] Refuser de payer pour les Grecs ? On a bien payé pour l'Allemagne...., Coralie Delaume, L'Arène nue, 06-juil-15.                                              

[vi] Partis dont les crimes sont, au passage, sans commune mesure avec ceux de la barbarie nazie.

[viii] La Question de la culpabilité, cité par Jean-Pierre Chevènement, ibid.,  page 146.

[ix] discours du 04/09/2011 lors d’un rassemblement du SPD, cité par Jean-Pierre Chevènement, ibid., page 254

[x] Charles Andler, Le Pangermanisme continental sous Guillaume II de 1888 à 1914 (publié en 1915), cité par Jean-Pierre Chevènement, ibid., page 93.

[xi] Amiral Von Müller (conseiller du Kaiser pour la Marine), cité par Jean-Pierre Chevènement, ibid., page 94

[xii] Ce discours de JFK avait très probablement été, au moins en partie, inspiré par un discours tenu quelque mois plus tôt par le général de Gaulle pour la jeunesse allemande (http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/de-gaulle-et-le-monde/de-gaulle-et-l-allemagne/documents/discours-devant-la-jeunesse-allemande--ludwigsburg--9-septembre-1962.php ). Après le vulgaire du blouson doré de Neuilly, quelle misère, quelle médiocrité, quel pathétique esprit de « synthèse » (molle) que l’on trouve aujourd’hui dans le fauteuil du général ! Les mots de Maurice Druon trouvent en fait, quelle que soit l’époque, écho dans les couloirs de l’Elysée : « Les tragédies de l’Histoire révèlent les grands hommes mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article