Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

UNE OLIGARCHIE COUPEE DES REALITES

3 Mai 2012 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Lectures

l'oligarchie des incapablesCet article est à insérer dans une série d’articles s’appuyant sur mes notes issue des la lecture de L’Oligarchie des incapables, de Sophie Coignard et Romain Gubert. Il ne dispense bien sûr en rien de la lecture de cet excellent ouvrage qui permet de bien comprendre comment une partie significative de notre « élite » a abandonné le service du bien commun.

 

Bien évidemment, pour l’oligarchie les notions politiques de droite et de gauche n’ont plus cours (page 44). Une seule chose compte : la fascination de l’argent (page 42). Or, de par cette fascination pour l’argent, elle en est totalement coupée de la réalité. C’est ainsi que pour compenser l’augmentation du prix de l’essence, Christine Lagarde avait conseillé aux Français de faire davantage de vélo, dans un style qui n’est pas sans rappeler Marie-Antoinette et sa brioche remplaçant le pain. De même Luc Ferry découvrit avec étonnement qu’il fallait 4 ans et demi de salaire plein à la personne qui lui ouvrait la porte de sa voiture pour s’acheter cette même voiture. Mais le plus pathétique est « l’expédition » de Nicolas Bazire et Bernard Arnault dans un hypermarché lorsqu’ils observent ces pauvres qui épluchent l’addition à la caisse avant de payer, augmentant ainsi les files d’attente et (ô scandale !) faisant baisser la productivité (pages 57-58). Dans le même acabit, Lindsay Owen-Jones (président honoraire de L’Oréal) de s’exclamer « Avoir le premier salaire de France, c’est une fierté (…). C’est un message d’espoir pour tous les salariés » (page 60).

Pour l’oligarchie, il n’est donc pas dans les habitudes de se confronter aux menus tracas de la vie quotidienne. Lors de ses pèlerinages annuels sur la roche de Solutré, François Mitterrand n’avait pas pour habitude de régler les factures des repas qui suivaient la traditionnelle ascension. Un restaurateur a néanmoins eu l’indélicatesse d’envoyer la facture à l’Elysée. En retour, il a bénéficié d’un contrôle fiscal (page 121) !

 

 

    Pour retrouver les autres articles sur L'Oligarchie des incapables : cliquer ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article