Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

LES MEILLEURS DE L'OLIGARCHIE, LA CATEGORIE "MEDIATIQUES"

18 Juin 2012 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Lectures

l'oligarchie des incapables-copie-2Cet article est à insérer dans une série d’articles s’appuyant sur mes notes issue des la lecture de L’Oligarchie des incapables, de Sophie Coignard et Romain Gubert. Il ne dispense bien sûr en rien de la lecture de cet excellent ouvrage qui permet de bien comprendre comment une partie significative de notre « élite » a abandonné le service du bien commun.

 

 

 

 

LES MEDIATIQUES

 

Michel Drucker

Au mépris de la loi, Michel Drucker se fait agrandir son immense villa des Alpilles (site protégé) avec l’appui du maire local. La ligue de défense des Alpilles gagne un premier procès pour faire invalider cette construction. Mais en appel, Mme Kosciusko-Morizet, alors ministre de l’écologie et du développement durable, intervient personnellement pour affirmer d’un bloc que, au nom de l’Etat, la villa de M. Drucker ne portait nullement atteinte au site (pages 19-20).

 

Patrice de Maistre

Outre ses célèbres turpitudes dans l’affaire Woerth-Bettencourt, l’ancien gérant de la première fortune de France aurait également profité de ses liens avec l’ancien ministre du budget pour faire exempter d’impôts un de ses amis gabonais établi en France (page 25).

 

Arno Klarsfeld

Ce sarkolâtre en herbe a obtenu la tête de l’Office national de l’immigration et de l’intégration (OFII) en septembre 2011, sans qu’on sache vraiment quelle compétence ou quelle expérience justifie sa nomination. De l’aveu de Jérôme Martinez, le secrétaire général de l’association de défense des sans-papiers « il n’y connaît rien ». Cela ne l’a pas empêché non plus d’être nommé Conseiller d’Etat au tour extérieur par son maître. La retenue et le devoir de réserve inhérents à cette fonction ? Il ne connaît pas puisque cela ne l’empêche pas de continuer à se faire le thuriféraire de son distributeur de prébendes (page 67).

 

Emmanuelle Mignon, Christophe Lambert et … Luc Besson

Nommée directrice de cabinet de l’Elysée à l’élection de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon sent venir la disgrâce lorsqu’elle est rétrogradée au rang de simple conseiller. Christophe Lambert et le célèbre Luc Besson lui font alors part de leurs difficultés de financement pour leur projet de Cité du cinéma. Par l’entremise de Claude Guéant (qui sent ainsi le moyen de se débarrasser d’une gênante concurrente en Cour), elle parvient à obtenir une partie de ce financement (40M€) par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)[i], au corps défendant de son directeur. Le reliquat du financement est obtenu après pressions auprès des banques, qui jugent pourtant le dossier du cinéaste bien mal ficelé. Le pantouflage d’Emmanuelle Mignon est ainsi parfaitement préparé : elle peut quitter l’Elysée pour rejoindre Front Line, la holding de Luc Besson et devenir ensuite secrétaire générale du groupe EuropaCorp, également propriété du cinéaste (pages 31-35). En juillet 2011, ce groupe a d’ailleurs annoncé des pertes pour la deuxième année consécutive, privant ainsi Luc Besson de dividendes. Qu’importe ! Il suffit qu’EuropaCorp lui verse 4,9 M€ au titre de droits d’auteur. Pas de crise pour le cinéaste, surtout quand l’épargne des Français (la CDC) vient à son secours ! (page 36). Dans le même temps, Christophe Lambert, également salarié d’EuropaCorp est augmenté de 24% pour l’année 2011 et bénéficie d’un logement de fonction évalué à 120 000€ par an (page 35).

 

 

 


Retrouver l'intégralité des articles sur L'Oligarchie des incapables : cliquer ici.

[i] Les Français sont sans doute ravi que leur épargne placée sur Livret A (géré par la CDC) sert à financer les délires d’un cinéaste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article