Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

Ce qu’est le FN, ce qu’il n’est pas (suite d'articles sur les Fronts de libération contre l'euro-austérité)

18 Septembre 2015 , Rédigé par L'oeil de Brutus

Ce qu’est le FN, ce qu’il n’est pas (suite d'articles sur les Fronts de libération contre l'euro-austérité)

 

Série de billets sur les "Fronts" de libération contre l'euro-austérité.

 

Déjà paru :

souveraineté populaire versus souveraineté nationale

L’impasse d’une gauche radicale solitaire

 

Que le FN continue, malgré ses retournements de façade, à patauger dans la fange de l’extrême-droite demeure factuel[i]. L’opportunisme à surfer sur les mécontentements, la démagogie et une xénophobie rampante fondent la catégorisation du FN en parti d’extrême-droite[ii]. Mais c’est une extrême droite d’une grande banalité et surtout, n’en déplaise aux ratichons de l’antifascisme, nullement fasciste. Pour que le parti de la famille Le Pen puisse être considéré comme tel, il devrait prôner ouvertement l’instauration d’une dictature nationaliste sur la base d’un parti unique fusionnant avec l’Etat, voire avec l’ensemble de la société (car c’est bien là la définition du fascisme). Non seulement il n’en est rien, mais en outre, même s’il en avait la volonté, face à la résilience tant des institutions de la Ve République que de l’ensemble de la société française, il n’aurait, ni aujourd’hui, ni dans un proche avenir, nullement les moyens de sa politique. Cela, même Lionel Jospin a fini par le reconnaître en avouant que « pendant toutes les années du mitterrandisme, nous n’avons jamais été face à une menace fasciste, donc tout antifascisme était du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front national, qui était un parti d’extrême-droite, un parti populiste à sa façon, mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste et même pas face à un parti fasciste »[iii]. L’antifascisme de théâtre est certes un autre confort intellectuel – qui évite toute réelle réflexion programmatique – mais il ne fait guère avancer le débat.

Le procès en racisme du FN n’est guère plus pertinent. Que le FN soit un parti ouvertement xénophobe (c’est-à-dire fondant une partie de son programme sur le rejet de l’étranger), bien sûr. Que M. Le Pen père ait pu tenir des propos ouvertement racistes et que dans les tréfonds des manifestations de ce parti, on puisse trouver quelques ramassis d’imbéciles qui ont la sottise de croire à l’inégalité des races, ce sont des faits. Mais que l’on présente en quoi, alors même que par ailleurs il commence à approfondir son électorat dans les milieux issus de l’immigration[iv], le programme du FN se baserait sur des éléments raciaux. Et s’il si aventurait, le clivage généré par une telle position lui interdirait tout capacité de développement au-delà des quelques 10-15% qui étaient les siens il y a encore peu. C’est bien ce qu’a compris Marine Le Pen et qui a initié toute sa politique de « dédiabolisation ».

Là où par contre Frédéric Lordon touche pleinement juste, c’est lorsqu’il affirme « Le FN est un invertébré idéologique quand il s’agit d’économie, il n’a d’autre boussole que l’opportunisme »[v]. Le positionnement économique du FN, il y a quelques années ultra-libéral et aujourd’hui interventionniste et étatiste, est en effet criant d’opportunisme. C’est ce qui fonde toute sa force. Mais aussi sa faiblesse. En jouant du grand écart idéologique, il fédère les mécontents, ceux qui veulent renverser la table. Mais cela ne s’arrête pas là, car dans cela rien de bien nouveau depuis les années 1980. Ce qui permet aujourd’hui au FN de décoller, c’est SA perspective de victoire : cette opportunité, issue du vide ambiant généré par les divisions des autres (les véritables souverainistes), qui fait qu’il est à présent le seul, paradoxalement, à pouvoir se présenter comme en mesure de de renverser la table. Et le paradoxe n’est pas des moindres car, comme le souligne pour le coup justement Frédéric Lordon dans sa tribune[vi], il y a fort à parier que la table conquise, le FN se fera fort de se faire racheter par l’oligarchie pour que la fameuse table, notamment celle de l’euro, reste debout. Il n’empêche qu’il y a fort à penser que plus la perspective de l’accès au pouvoir du FN deviendra une réalité, plus son fameux « plafond de verre » se fissurera. Le FN serait donc en pleine dynamique d’autostimulation.

La lutte contre le FN s’assimile donc à un combat de judo. Il s’agira de l’attirer à soi pour transformer sa force en ce qu’elle est vraiment : une faiblesse. Il ne s’agit pourtant nullement de mener alliance avec lui (et ce n’est d’ailleurs pas du tout ce que préconise Jacques Sapir). Mais force est d’admettre que le FN, mais surtout derrière lui ses militants et ses électeurs, n’est pas la « bête immonde » que certains s’obstinent à décrire. Une part importante de ce parti répugne tout républicain – et encore plus tout homme de gauche -, et lorsqu’en 2007 Nicolas Dupont-Aignan  avait admis pouvoir accepter, sous conditions, de gouverner avec des personnalités issues du FN (et non le FN lui-même), il avait révulsé bon nombre de républicains (dont l’auteur de ces lignes). Il avait pourtant probablement raison avant l’heure. En effet, dès lors qu’un Front trans-partisan de souverainistes se mettrait en place sur la base de l’essentiel qui puisse faire corps aujourd’hui pour le rétablissement de la souveraineté et de la démocratie, et dès lors que ce Front pourrait se mettre en possibilité d’accéder au pouvoir, il viderait le FN de sa principale perspective de briser son « plafond de verre » décrite supra. Il ne resterait alors plus qu’à recueillir au sein de ce Front, les membres du FN de bonne volonté (et il y en a), toujours dans le cadre de son programme commun et dans l’esprit du Conseil National de Résistance. N’oublions pas que le secrétaire de Jean Moulin et résistant dès juin 1940, Daniel Cordier, était un ancien militant de l’Action française (mouvement autrement plus extrémiste que le FN) …

Il en va donc ainsi que la constitution d’un tel front de rassemblement des souverainistes, de gauche comme de droite, est très probablement non seulement l’optique la plus réaliste (sinon la seule) de « renversement de la table » mais aussi la meilleure stratégie de lutte contre le FN en le vidant de sa substance opportuniste et par la même de ces conditions d’existence, si ce n’est un presque anecdotique conglomérat hétéroclite  de xénophobes et d’excités en mal d’existence (ceux-là étant, de bien entendu, à conserver en état d’ostracisme politique).  

 

A paraître :

Les conditions d’un rassemblement.


[i] Pour s’en convaincre, on pourra se remémorer le comportement de M. Gollnisch et de ses affidés lors du dernier 1er mai.

[ii] En cela M. Sarkozy et les cadors des (faux) « Républicains » (ex-UMP) peuvent ainsi également être assimilés à l’extrême-droite.

[iii] France Culture, 29 septembre 2007.

[v] Frédéric Lordon, La Malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique, Les Liens qui libèrent 2014, page 241.

[vi] Clarté, Frédéric Lordon, Blog Le Monde diplomatique, 26-août-15

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Goldreich 21/09/2015 11:55

Je suis contre cette Europe que l'on nous propose aujourd'hui, mais pas.contre une Europe réformée et démocratique. Je ne suis donc pas souverainiste, et même si je l'étais je ne prendrais pas cela comme excuse pour un rapprochement avec "certains membres" du FN, qui de toute façon sont par ailleurs xénophobes, et quoique vous en pensiez, racistes. Pas fascistes ? Admettons. Quoique. Quand on édite les chants de là waffenss, on est quoi ? C'est le "vieux "allez vous me dire ? Soit. On n'est pas responsable de ses parents, mais que je n'ai jamais entendu formellement MLP renier en bloc les opinions de son père ! Je pense qu'ils font un numéro de duettistes pour confondre leurs électeurs potentiels. Alors.non, je ne souscrits à aucun rapprochement d'aucune sorte avec ces gens là, en dépit de toutes les précautions oratoires que vous prenez. L'histoire nous a montré que de "jouer" avec eux à été fatal. Quitte à passer pour un "ratichon", qualificatif dont vous voudrez bien m'expliquer le sens. Encore une chose, je n'ai pas le souvenir que JP Chevenement soit favorable à une telle collaboration ! L'anti europeisme ne permet pas tout

L'Oeil de Brutus 21/09/2015 20:43

Encore une fois je ne parle pas d'alliance avec le FN.
Qu'il y ait, comme je le dis, encore au FN un quelconque "conglomérat hétéroclite de xénophobes et d’excités en mal d’existence", qui comme pour certains, comme vous le dites, fantasment sur les Waffen SS, c'est plus que probable (voire avéré). Mais cela ne représente, aujourd'hui, qu'une mince part de l'électorat FN et même de ces militants. Vous ne pouvez pas, d'un revers de la main, balayer plus de 20% du corps électoral parce qu'à l'intérieur de ces 20%, 3 ou 4% vous donnent la nausée. Car dans ces 20%, il y a une bonne part de Français simplement désabusés, dégoutés, par les autres partis et qui se disent qu'il n'y a plus que ça (le FN) pour "renverser la table".
J'ajoute qu'historiquement les alliances avec des militants d'extrême-droite (je dis bien les militants, pas les partis) n'a pas toujours été néfaste pour la République : il y avait dans la Résistance de nombreux anciens de l'Action française, des Croix de feu et autres ligues (dont le secrétaire particulier de Jean Moulin !).

En outre, si l'on considère que la démocratie repose sur la souveraineté du peuple (le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple - ce sont les articles 2 et 3 de notre Constitution) il y a une contradiction profonde à se dire à la fois démocrate et opposé au principe de souveraineté. De même qu'en l'absence de "peuple européen", il ne saurait pouvoir y avoir d'Europe démocratique ...

Yannick Hervé 19/09/2015 10:06

Création de l’Alliance pour une France Libre

Les constats d’impuissance et d’inefficacité de l’Union européenne et de l’impasse économique de l’euro sont de plus en plus nombreux. Mais les différents acteurs conscients de cet état de fait n’arrivent pas à, ou ne veulent pas, se fédérer pour le bien de notre pays.

L’Alliance pour un France Libre (AFL), structure apolitique, veut contribuer au réveil de la population de la France et à la constitution d’une force citoyenne incontournable pour pousser les hommes politiques à l’action concrète contre le monstre généré par la construction européenne.

Nous sommes des citoyens de toute sensibilité politique, de tous horizons philosophiques et de tous milieux socio-économiques. Notre point commun : une volonté partagée de redresser notre pays, la France.

Nous avons pour ambition de rassembler les nombreuses forces vives existantes dans un même mouvement qui ne soit surtout pas un parti politique, inévitablement source de « division pour mieux régner ».

L'Alliance pour une France Libre n'est donc pas un parti politique, mais une invitation au rassemblement autour de l'essentiel, au-delà de nos différences naturelles que nous nous engageons à respecter. Par conséquent, toutes celles et ceux de toutes origines et de toutes convictions, qui, conscients des dangers en cours pour notre liberté, notre niveau de vie et notre avenir, désirent porter le flambeau de l'espoir sont les bienvenus : l'Union fera la force cette fois-ci !

L'Alliance pour une France libre n'est pas non plus une structure hiérarchisée. C'est un outil permettant aux signataires de partager leurs informations, points de vue et bonnes pratiques et de se grouper pour des actions concertées. Il n'y a pas de direction, pas de postes à pourvoir, pas de critères d'exclusion ni de police politique. Chaque Homme libre, signataire de l'Appel, est responsable de ses prises de positions et n'engage que lui-même.

Les simples citoyens, les associations ou autres groupements, même politiques, qui se reconnaissent dans cette vision seront donc signataires de l'Appel de l'AFL qu'ils pourront propager à leur tour, de proche en proche.

Chacun peut adhérer à une des associations du réseau, en fonction de ses propres aspirations, voire créer une nouvelle association qui sera signataire de l'Appel à son tour, ou tout simplement se contenter de signer personnellement l'Appel.

Signer l'appel de l'AFL, c'est entrer en résistance tous ensemble.
Pour se libérer, la France a besoin du soutien massif du peuple français.
Pour une France libre, prospère et heureuse !


Les initiateurs de l’AFL