Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

ETHIQUE DE CONVICTION – ETHIQUE DE RESPONSABILITE (1/2) PARTIE 1 : LA PUISSANCE PUBLIQUE

12 Juin 2015 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Les Billets de Marc Rameaux

ETHIQUE DE CONVICTION – ETHIQUE DE RESPONSABILITE (1/2) PARTIE 1 : LA PUISSANCE PUBLIQUE

Billet invité de Marc Rameaux

 

ETHIQUE DE CONVICTION – ETHIQUE DE RESPONSABILITE

 

PARTIE 1 : LA PUISSANCE PUBLIQUE

 

 

 

 

Conviction :

Je suis ministre de l’éducation nationale, et je conçois une réforme remplaçant la fin de journée scolaire par des activités éducatives, rythme conseillé par des pédagogues et chronobiologistes. J’ai posé une action aux nobles desseins, et mon nom sera inscrit pour cela dans l’histoire de l’éducation nationale.

 

Responsabilité :

Je comprends que se libérer à 16h ou payer une nounou est déjà difficile pour la très grande majorité des gens, et que le faire à 15h est proche de l’insurmontable. Mais pour cela il faut s’intéresser à la vie quotidienne des hommes. Que les pédagogues et chronobiologistes sont auto-proclamés et qu’ils appartiennent à un petit cénacle théoricien tournant en boucle fermé depuis des années, imbibé d’idéologie du PS et non de remontées du terrain.  Je comprends qu’il n’est pas opportun de promouvoir une réforme qui coûtera plusieurs centaines de millions d’euros dans un contexte de déficit budgétaire déjà élevé de mon pays, surtout lorsque je n’ai rien prévu du circuit de financement par les communes, dont beaucoup ne peuvent se le permettre.

 

Je comprends  que la formation de milliers d’animateurs qualifiés est nécessaire pour proposer des activités qui ne soient pas de la simple garderie faisant perdre leur temps aux enfants, et qu’une telle formation s’anticipe et se planifie. J’admets le retour de la réalité lorsque je vois que ces mêmes animateurs ont été recrutés en catastrophe, généralement avec des qualifications largement insuffisantes tant sur le plan pédagogique que d’encadrement d’enfants. Je n’essaie pas de nier la réalité en disant que tout a été prévu de longue date. J’admets qu’il y a un problème lorsque l’on a trouvé intelligent de ne plus rendre le directeur d’établissement responsable des élèves lors de ces heures d’animation mais la municipalité, qui n’en a pas les moyens, ouvrant la porte à toutes les non surveillances et toutes les violences scolaires que des animateurs non qualifiés ne savent pas gérer. En un mot, je fais un travail de vrai professionnel qui consiste à anticiper les conséquences de ce que je projette de faire, et je ne me défausse pas de mes responsabilités en me contentant d’édicter un décret pour inscrire mon nom et prendre une posture, puis rendre responsable les exécutants s’ils n’ont pu mettre en œuvre une réforme inapplicable.

 

 

 

Conviction :

Je suis ministre de l’éducation nationale, et je conçois une réforme (bis repetita placent, et je vais avoir des ennuis avec Najat) abandonnant tous les apprentissages complexes et réservés aux hautes classes sociales (classes bilingues, langues mortes, ..) afin de diminuer l’élitisme et d’ouvrir l’éducation à un plus grand nombre. Je remanie les programmes d’histoire en intégrant au passé de la France celui de toutes les communautés qui sont venues s’y installer, y compris si elles sont issues de civilisations autres que la mienne, afin que l’ensemble de ces communautés se sente plus à l’aise dans mon pays, comme chez elles. Je gomme d’ailleurs tous les aspects de ma propre histoire qui pourraient les choquer, voire même j’anticipe leurs désirs en réécrivant une histoire qui aille dans leur sens. Je suis couronné d’un grand sens de l’humanisme et de l’ouverture aux autres, qui me confère une supériorité intellectuelle et morale sur mes détracteurs.

 

Responsabilité :

Je comprends que ma réforme aura l’effet exactement inverse de celui souhaité. Les fondements de l’excellence sont et resteront toujours les mêmes : maîtrise du langage, structuration de la pensée, capacité à percevoir les nuances et les éléments différenciants d’un discours. Ces fondamentaux étant intangibles, si mon enseignement ne les dispense pas, seuls ceux qui sont nés dans des familles favorisées y auront accès, par la transmission de classe sociale et par l’inscription dans des écoles privées onéreuses qui elles, le dispenseront. J’admets que lorsque l’école de la république dispensait ces fondamentaux, beaucoup plus d’enfants de classes sociales défavorisées atteignaient un meilleur statut à l’âge adulte par leur travail et par leur mérite, ce que les statistiques de mobilité sociale prouvent maintenant depuis des dizaines d’années d’un ascenseur social tombé en panne.

 

Je cesse de faire passer pour de l’humanisme et de l’ouverture ce qui n’est que de la lâcheté, de céder à l’intimidation et à la pression de communautés qui n’ont connu que la loi des caïds et qui veulent modeler la société sur ces seuls rapports de force. Je comprends que c’est par manque de cran et de fermeté que je n’ai pas défendu à chaque instant les règles de ma république en faisant que force reste à la loi. Je cesse de considérer comme parties intégrantes de la mienne des civilisations qui sont autres, uniquement pour acheter une fausse paix et un faux calme fondés sur la démission.

 

Je me remémore qu’il y a 30 ans dans mon pays, l’on pouvait parfaitement enseigner l’Islam dans mes cours d’histoire, non comme une partie de ma propre histoire, mais comme une civilisation autre. Cela n’empêchait nullement d’enseigner tout ce que cette civilisation eut de brillant, de Saladin à Averroès, et cela avait beaucoup plus de chances de mettre à l’aise des communautés en mal de reconnaissance, en montrant l’apport de leur civilisation tout en rappelant qu’elle n’était pas celle du pays qui les accueillait.

 

J’admets que les communautés auxquelles j’essaie de plaire et devant lesquelles je m’aplatis lâchement ne connaissent d’ailleurs rien à Saladin ou Averroès, mais seulement la loi des caïds et des gangs, un Islam rapide et mal digéré sur internet, une série de prêches par des prédicateurs obscurantistes et arriérés, beaucoup plus ignares en sciences et en connaissances générales que leurs prédécesseurs d’il y a 10 siècles, et que céder devant eux pour les amadouer ne fera que les exciter davantage à faire régner leur loi. Je comprends en définitive que l’on ne redonne pas confiance aux autres cultures en niant et en anéantissant la sienne, et que seule l’affirmation de ses propres valeurs permet de rentrer dans un dialogue fécond et sincère, n’excluant pas la critique féroce. Faute de quoi, le dialogue maîtrisé cédera la place au rapport de force et à l’intimidation territoriale.

 

 

 

Conviction :

Je suis haut fonctionnaire du ministère des finances de Bercy. Ici s’élabore l’alchimie des règles économiques et financières de la nation, que toutes les entreprises se doivent de suivre et que le commun des mortels ne peut appréhender : il faut une formation particulièrement élevée pour les concevoir et les édicter. Je jongle avec habileté entre les subtils équilibres économiques et les leviers de prestations sociales de l’Etat, en un mot je suis le démiurge de l’activité économique, qui trace jusqu’aux possibilités données aux entreprises de mon pays : je suis quelque part l’un de leurs maîtres.

 

Responsabilité :

Je vois clair en moi et en mon institution : je sais que les entreprises croulent sous une inflation réglementaire délirante, que moi-même je ne suis plus capable de maîtriser, notamment parce que ces règles changent tous les mois. J’identifie cette inflation réglementaire comme le problème n°1 de la création d’entreprises et de l’entreprenariat en général, non une question de cadeaux fiscaux ou d’argent à injecter. Je reconnais le schéma humain et psychologique de toute bureaucratie : la génération sans fin de règles qui permet de justifier son activité, de se sentir exister, indépendamment de toute utilité, en pur circuit fermé. J’admets que cette inflation de règles n’est là que pour conforter le pouvoir de roitelets auto-proclamés dans mon ministère pléthorique, et que l’essentiel de leur travail est d’édicter de nouvelles règles pour s’affirmer face aux autres départements, en ayant totalement perdu de vue l’intérêt économique en dehors du ministère. J’accepte de ne pas me voiler la face et de constater que ce sont dans ces départements qui génèrent et justifient leur propre activité de façon artificielle que l’on trouvera le plus de népotisme, de maîtresses placées à des postes clés, voire de franche corruption, comme effets colatéraux inévitables de toute bureaucratie : le désoeuvrement égotiste qui se fait passer pour de l’activité engendre toujours de tels monstres.

 

Je comprends que le seul remède pour en sortir est d’appliquer un principe de pollueur – payeur : que celui qui a édicté une nouvelle règle sera responsable de réaliser lui-même toutes les démarches qu’il a imposées au lieu de se contenter d’en surveiller l’application par les forces vives de l’économie. J’inclus comme indicateur de résultat et d’activité non le nombre de règles édictées à l’année mais le nombre de démarches effectuées à la place d’entreprises pour les aider. Je comprends qu’en application de ce principe, l’inflation de règlements se dégonflera très vite.

 

 

 

Conviction :

Je promeus une réforme écologique bannissant en pratique les voitures de la capitale, en interdisant certaines motorisations, rendant de nombreuses voies impraticables, limitant la vitesse à des allures qui ne peuvent plus être celle d’une automobile. J’inscris mon nom au firmament de ceux qui ont lutté contre la pollution, rendu la ville plus verte et moins stressante, développé un humanisme de la nature que je chante à travers de nombreuses références culturelles.

 

Responsabilité :

Je m’aperçois qu’en dehors d’une toute petite caste de privilégiés intra-muros qui peut se permettre de faibles déplacements dans la journée, j’ai accru considérablement le stress et la fatigue d’une très grande majorité de mes concitoyens, qui n’en peuvent plus de jongler entre leurs contraintes professionnelles et personnelles. Je me rends compte qu’existe un monde où les gens vont au travail, se déplacent éventuellement entre plusieurs sites, accompagnent et vont chercher leurs enfants à l’école, vont faire leurs courses.

 

Je vois qu’au lieu d’essayer de supprimer les voitures, ce qui est irréaliste économiquement et dans la vie quotidienne, je fais un acte écologique cent fois plus efficace en élargissant les voies rapides et en les aménageant pour en fluidifier le trafic. Je tiens compte des rapports qui existent depuis des années montrant que les embouteillages quotidiens de l’A86 en île de France coûtent plusieurs milliards d’euros par an de carburant parti en fumée et d’heures non travaillées, génèrent une pollution sans commune mesure avec la circulation courante dans Paris intra-muros, pèsent sur la santé et le moral de mes concitoyens par le stress engendré. Je prends des mesures énergiques de construction et d’aménagement de ces axes routiers, actuellement réduits parfois à deux voire une voie à certains endroits, ce qui est beaucoup moins « hype » que de communiquer sur une ville verte, mais d’une bien plus grande efficacité écologique.

 

J’admets que mes projets partant en guerre contre la présence de voitures en ville étaient mus essentiellement par la valorisation de mon image personnelle et par l’entretien de bonnes relations avec la petite caste qui m’entoure, vivant dans des conditions privilégiées leur permettant de n’en avoir pas besoin. Je réinvestis les bénéfices considérables faits en réaménageant les axes qui portent l’essentiel du trafic quotidien des forces vives de ma région, pour aménager de nouveaux espaces verts dans la ville, en veillant à ce que piétons et automobilistes coexistent harmonieusement.

 

 

 

Conviction :

Je suis président d’un conseil général, d’un conseil départemental, ou d’une communauté de communes. Je permets de décentraliser l’état et de mettre en place une gestion plus proche de mes concitoyens. Je romps avec la tradition jacobine et centralisatrice de la France, pour irriguer localement mon pays de nouvelles initiatives. Je suis un bienfaiteur de l’aménagement du territoire.

 

Responsabilité :

Je sais pertinemment qu’une grande partie de l’argent de la décentralisation est perdu en doublons entre régions et départements (18,5 Milliards d’euros), doublons permettant de « caser » des relations, de la famille ou des relations intimes (cf plus haut l’objectif de toute bureaucratie de se créer son propre travail). Je sais que les communautés de commune ont également permis de multiplier les postes honorifiques bien payés et en nécessitant pas trop de travail, la distribution de ces postes pouvant se faire entre amis.

 

J’ai un peu honte et je proteste lorsque je vois que la communauté d’agglomération de Seine Défense qui regroupe les communes de Puteaux et Courbevoie a nommé 14 vice-présidents sur 48 membres, et que je sais pertinemment que la loi prévoit une généreuse indemnité (2508 euros mensuels bruts) pour les vice-présidents et non pour les simples conseillers, me renseignant utilement sur les motivations de ceux qui ont fait don de leur personne au bien collectif.

 

Je sais pertinemment ce que signifie la multiplication de ronds-points de toute évidence inutiles en si grand nombre, aux abords d’une ville. De même que je n’ignore pas comment s’obtient la décision d’implantation d’un supermarché. Je cesse de minimiser le pouvoir local que l’argent de la décentralisation a permis, afin de se livrer à de petites affaires en cercle fermé. Je cherche à supprimer les doublons et à mettre fin aux pratiques de népotisme et de clientélisme. Je n’accuse pas de populisme ceux qui révèlent factuellement ces pratiques : il ne faut pas inverser les responsabilités et cesser les pratiques qui donnent prise aux soupçons et aux sentiments populistes.

 

 

 

Tous mes remerciements au grand Max Weber.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

TylerDurden 16/06/2015 22:50

Très bonne argumentation pour la plupart des passages (même si je trouve que la polémique des programmes scolaires est surfaite : mon oncle est prof d'histoire et il m'a très clairement dit que sur le terrain, la réforme ne changera pas grand chose qu'il fera globalement le même cour que cette année).

Je suis aussi très intéressé par l'argumentation sur l'écologie, avez vous des liens (ou plus généralement des sources) qui expliquent plus en détail les avantages de l'agrandissement des voies d'autoroute ?

Marc Rameaux 17/06/2015 17:59

Bonjour,

Voici déjà les chiffres concernant les estimations de coûts des embouteillages en île de France (et ailleurs en France) :

http://www.lesechos.fr/14/10/2014/lesechos.fr/0203856715962_embouteillages-en-france---une-facture-estimee-a-17-milliards-d-euros-par-an.htm

http://www.lepoint.fr/automobile/securite/pourquoi-les-embouteillages-coutent-677-euros-aux-foyers-francais-17-12-2013-1770973_657.php

Le lien suivant liste les principaux projets d'élargissement et donne quelques arguments sur les avantages de l'agrandissement des voies. Il signale au passage que les pouvoirs publics ont parfois choisi de ne rien faire même dans des cas critiques, tels que la jonction A86 / A4, l'un des points les plus noirs d'Europe :

http://routes.wikia.com/wiki/Liste_des_projets_d'%C3%A9largissement_sur_le_r%C3%A9seau_autoroutier_fran%C3%A7ais

Marc Rameaux