Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

Tu ne fabriqueras pas de Kant-à-soi visant à te soustraire à la mise en troupeau (4e commandement du postmodernisme)

4 Février 2015 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Lectures

Tu ne fabriqueras pas de Kant-à-soi visant à te soustraire à la mise en troupeau (4e commandement du postmodernisme)

Les 10 commandements du postmodernisme (4/10) : tu ne fabriqueras pas de Kant-à-soi visant à te soustraire à la mise en troupeau.

Billet invité de l’œil de Brutus

Suite des recensions sur l’ouvrage de Dany-Robert Dufour, Le Divin Marché (Denoël 2007)

Lire également

le 1er commandement (le rapport à soi, tu te laisseras conduire par l'égoïsme).

Le 2e commandement (Le rapport à l’autre, tu utiliseras l’autre comme un moyen pour parvenir à tes fins).

Le 3e commandement (Le rapport à l’Autre, tu pourras vénérer toutes les idoles de ton choix, pourvu que tu adores le Dieu suprême, le Marché !)

Dans Les Frères Karamazov, Dostoïevski fait dire « Si Dieu n’existe pas, alors tout est permis ! » (page 138). La disparition de Dieu induit la disparition de toutes règles et de toutes normes sociales[i]. Or, Descartes, dans ses Méditations métaphysiques, affirmait que lorsqu’on l’on s’interroge soi-même on ne peut qu’arriver à une conclusion : « je dépends de quelque être différend de moi » (page 142).

Dans les sociétés prémodernes, le sujet était entièrement soumis à une seule figure de l’Autre. Les sociétés modernes ont toléré une mise en concurrence de plusieurs Grand Sujet tandis que dans les sociétés postmodernes, le sujet se croit libre de tout assujettissement (page 145). Le "petit" sujet se prend alors, lui seul, pour le Grand Sujet.

Parallèlement s'est imposée une autre figure de Grand Sujet : la Main invisible du Marché. Si avec Newton était apparu l’idée d’un Dieu-horloger, « grand architecte de l’univers », qui ordonnait l’univers comme la physique qu’il avait théorisé ; Kant était convaincu qu’il en était de même pour l’univers métaphysique, finalement Adam Smith s’est persuadé que cela était le cas pour l’univers humain et ses relations sociales (page 160) avec « l’idée d’un dessein divin organisant l’ensemble et débordant chaque volonté individuelle » (page 162). Evidemment, cette conception de l’univers génère une grande insatisfaction générale « puisque l’esprit se réduit à n’être plus que du temps de cerveau disponible à vendre, il y a de fortes chances que je revienne, pour me consoler, dans le vieux troupeau des adorateurs de Dieu et/ou de quelque autre divinité de passage. » (page 167).

A suivre, le 5e commandement : tu combattras tout gouvernement et tu prôneras la bonne gouvernance.

[i] Ce que l’on retrouvait déjà dans les chapitres 1 et 2 avec la disparition des interdits freudiens.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article