Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

François Hollande ou l’instature présidentielle

4 Octobre 2014 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Idées

François Hollande ou l’instature présidentielle

François Hollande ou l’instature présidentielle

Billet invité également paru sur Gaulliste libre

A l’occasion de sa dernière conférence de presse, le Président de la République a cru bon de revenir sur sa piteuse prestation de l’Ile de Sein d’août dernier. Une intervention qui en dit long sur l’incapacité du chef de l’Etat à comprendre les tenants et les aboutissants de son rôle, à percevoir les exigences de la stature présidentielle. François Hollande estime donc « qu'être président de la République, dans ces circonstances, cela consistait justement à être sous les intempéries, à être avec les Français, à être avec ceux qui étaient là ». Or, c’est justement tout ce qu’on peut lui reprocher. Nul, ou presque, n’attend de lui qu’il partage la situation des Français, mais, justement, qu’il change cette situation. Ce à quoi il a clairement renoncé. Le Président de la République « ne peux pas supprimer la pluie ». Certes. Mais le problème est qu’il agit de même avec le chômage, la dégradation de la situation économique et politique de notre pays, l’éducation des jeunes Français, la place de la France dans le monde, notre industrie, notre avenir, notre souveraineté. En fait, avec tout ce qui devrait fonder son rôle. François Hollande est le président du renoncement.

Alors à défaut, il tente, bien maladroitement, de compenser avec une bonne dose de misérabilisme compassionnel (faussement) empathique. Ou pire encore, il s’abaisse à se sentir contraint de répondre par une interview – et par là même de se justifier – au torchon écrit par son ex-première maîtresse sur ses propres frasques. Arrivé à un tel niveau d’indigence intellectuelle, éthique et finalement politique, on finirait par ne pas tarder à voir le chef de l’Etat tenter, désespérément, de grappiller quelques points dans les sondages (qui constituent probablement son unique boussole politique) en allant faire la queue aux Restos du cœur ou s’inscrire à Pôle emploi (il ne fera là qu’anticiper – pour une fois – ce qui l’attend en 2017).

Le seul outil que l’on trouve dans sa fameuse « boîte à outil » n’est finalement qu’une écrouelles de lépreux.

François Hollande, « M. Normal », est en fin de compte le président le plus anormal de la Ve République. Justement parce qu’il n’a absolument pas compris que le rôle d’un Président de la République, encore plus en temps de crise, n’avait rien de normal. Le Président se doit d’être au-dessus de la mêlée. Il doit donner aux Français une vision de l’avenir et impulser cet avenir. François Hollande ne fait rien de cela. Il est resté – et restera – un simple président de conseil général de Corrèze. Et encore, ce n’est guère flatteur pour les conseilleurs généraux.

« L’autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans éloignement » rappelait le général de Gaulle. M. Hollande ne fait ni dans l’éloignement (il se prétend, faussement, proche des Français), ni dans le prestige, ni donc, à fortiori, dans l’autorité. Et sans autorité, il n’impulse rien. Le président du renoncement est aussi le président du néant.

Il peut toujours prendre des accents hypocritement churchillien (« du sang, de la sueur et des larmes », mais que l’on se rassure c’est pour le petit peuple, car pour les « amis de la finance », comme l’a si bien souligné Etienne Chouard, la situation est panglossienne : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes), il ne fait que jouer une pauvre farce de Vaudeville mal tournée. Et qui, de jour en jour, se traduit en drame pour des milliers de Français.

Reprenant Verlaine, la France pourrait alors dire « il pleure sur mon cœur comme il pleut sur Hollande ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

JLV 24/10/2014 23:36

Quand les Français se prendront en charge, cela ira mieux (cad je n'ai ni besoin de papa ni de maman pour être un adulte) . Le Mérite de FH est de ne rien faire pour tenter un choc psychologique chez les Français qui ont un comportement infantile: je ne fais rien sans demander la permission ou je fais tout en cachette pour que personne surtout ne le sache! France devient adulte!

Kamitmal 06/10/2014 23:01

C'est bien connu, quand on aime pas une personne, on lui trouve plein de défauts. La lirerté d'expression ne nous dispense pas d'être honetes. HEC, Sciences Po, ENA, il faut déjà y entrer... plus un peu plus de vingt ans d'expérience dans comme vous le avez. Svp, trouvez d'autres défauts pour être crédible, pas ll'ignorance ni l'incompétence. Cordialement.

L'Oeil de Brutus 07/10/2014 22:42

Les hautes études et la réussite scolaire ne sont ni un gage d'intelligence ni un gage de compétence. Or, l'intelligence c'est justement la capacité à appréhender le réel. Et on ne peut pas appréhender le réel lorsque, comme M. Hollande mais aussi l'immense majorité de la classe politique, on n'a quasiment jamais travaillé de se famille (que ce soit dans le privé ou dans le public, peu importe) mais uniquement grenouillé dans les appareils de partis.

En outre, la question n'est pas seulement là. Mais dans le choix de posture d'un homme qui s'est lui-même enfermé dans une condition qui ne sied pas au rôle qui le sien. Tout simplement parce que, nonobstant tout rapport à l'intelligence, M. Hollande est un médiocre, un professionnel des petites combines de partis, certainement pas un homme d'Etat capable d'avoir une vision, de définir un chemin, pour son pays.

EZRA 05/10/2014 17:48

Analyse cruellement juste, cet homme, plus nous l'observons et plus nous sommes obligés de croire en quelques paragraphes de son ex maîtresse!! il n'a d'empathie que pour lui même et ses copains, il les a tous mis à l'abri, il devait faire mieux que les autres, il fait pire. République des coquins, le mensonge, les mêmes forfaitures que son prédécesseur. Cet homme est le fossoyeur du PS, mais aussi celui du modèle français. Honni soit cet individu!!