Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Oeil de Brutus

Crise d’eurobéatitude : la preuve par Delhommais

8 Juin 2014 , Rédigé par L'oeil de Brutus

Crise d’eurobéatitude : la preuve par Delhommais

Crise d’eurobéatitude : la preuve par Delhommais

Billet également publié sur le site Gaulliste libre.

« Ubi solitudinem faciunt, pacem appelant »[i]

Dans la dernière ligne droite précédant les élections européennes du 25 mai 2014, la « grande » presse européiste s’est lancée dans une belle campagne de propagande. De Libération au Figaro en passant par le Monde, du Nouvel Obs au Point[ii], du pathétique « Roman de l’euro » de France2[iii] aux sophismes de BFMTV et consorts, les mots et les tribunes n’ont pas manqué pour défendre la monnaie unique et la construction européenne[iv]. Nouvelle preuve, s’il en est, après la débâcle du référendum de 2005, de l’irrémédiable fracture entre le peuple français et l’oligarchie politico-économico-médiatique qui le gouverne, de plus en plus malgré lui. Et dorénavant contre lui.

Parmi ce fatras propagandaire teinté de novlangue absconse, ce prosélytisme de supermarché aux accents de chantage, j’ai retenu un billet, un seul (dommage pour lui). Tant il est vrai que d’un seul, on les lit tous. De Calliclès à Delhommais et consorts, la filiation est directe, l’hypocrisie gémellaire et la rhétorique au même niveau que la profondeur de la pensée. C’est-à-dire pas bien haut.

Lire La zone euro sur le chemin de la résilience de Pierre-Antoine Delhommais permet donc de s’affranchir de dix bonnes années de rétrospectives des rubriques « Europe », « politique » et « élections » d’à peu près toute notre bonne et grande presse. Pour cela, au moins, on peut lui en être gré. Car pour le reste …

Pour le reste … M. Delhommais parvient à s’enthousiasmer des micro-croissances tout justes entrevues dans les pays du Sud de la zone euro[v]. Il faut tout de même une sacrée impudeur pour se gargariser d’une croissance grecque de 0,6% (!) quand ce pays a vu son PIB se contracter de 25% depuis sa mise sous tutelle de la Troïka. A ce rythme-là, il faudra la bagatelle de 5 décennies pour que l’économie grecque retrouve simplement son niveau de 2010 ! Triste consolation pour le peuple grec alors même que son chômage demeure au-dessus de 25% de la population (chiffre officiel, la vérité est probablement bien au-delà), que son système de santé est en lambeau (l’espérance de vie diminue) et que le nombre de suicides a explosé. Les néolibéraux n’ont décidemment aucune limite au cynisme. Rajoutons, pour enfoncer le clou, que la dette publique grecque vient de repasser au-dessus de 175% de l’équivalent de son PIB[vi], soit plus qu’avant tout les plans d’ « aides » et de rigueur administrés au forceps par l’intelligentsia européiste. La situation dans les autres pays du Sud de la zone euro cités « en exemple » (Italie, Portugal, Espagne) continue, elle aussi, à se dégrader.

Passons justement sur la question des déficits publics. Pour M. Delhommais les indicateurs sont presque au vert puisque « seuls sept pays continuent à afficher un déficit supérieur à 3% ». Sauf que la zone euro compte 18 membres. « Seuls 7 pays », cela fait tout de même 39% des pays de la zone. Pas vraiment de quoi se réjouir, sachant que dans le même temps le taux d’endettement public global de la zone euro par rapport au PIB a continué de croître (de 90,7% en 2012 à 62,6% en 2013). M. Delhommais peut donc aussi bien se gargariser de sa (fausse) comparaison de la zone euro avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Japon dont les comptes publics sont toujours en forts déficits (respectivement -6,5%, -6,9% et -10%), il en oublie deux éléments fondamentaux. Premièrement, ces trois pays connaissent une situation économique bien meilleure que la zone euro, ce qui fait que leur PIB croissant bien mieux, leurs taux d’endettement n’augmentent pas (voire diminuent). Deuxièmement, ces trois pays étant demeurés maîtres de leur banque centrale, ils monétisent au moins partiellement leur dette ce qui, outre le fait que leurs déficits sont tout ce qu’il y a de plus relatif (l’Etat s’endettant auprès de lui-même), les met à l’abri des mouvements d’humeur des marchés et leur permet donc de mener la politique économique qui leur sied. Ce qui n’est absolument pas notre cas.

M. Delhommais poursuit en se réjouissant des balances commerciales des pays membres de la monnaie unique. Là aussi, son extase semble au sommet : « seuls six pays » (soit tout de même 33% … même calcul que précédemment) sont en déficit commercial. Sauf, là aussi, que la recherche absolue de l’excédent commercial n’a aucune valeur en soi. M. Delhommais semble oublier que les déficits des uns font les excédents des autres. En particulier, l’économie allemande est de facto complètement dépendante du bon vouloir des autres à acheter ses produits. Le rapport de sujétion n’est peut-être pas celui qu’on croit. En tout état de cause, on attend avec impatience la réjouissance finale et totalement extatique des néolibéraux qui parviendront à trouver un pays connaissant une balance commerciale excédentaire à hauteur de 100% de son PIB, c’est-à-dire un peuple d’esclaves payés au lance-pierre pour fabriquer des biens et services au profit des autres[vii]. Soit dit en passant, cela fait 40 ans que les Etats-Unis (cet ancien modèle absolu des néolibéraux, qu’ils ont aujourd’hui remplacé par la « vertueuse » Allemagne) n’ont quasiment pas connu une seule balance commerciale excédentaire. Cela ne semble pas tant les déranger que ça. De la même manière, la balance commerciale française a été déficitaire pendant presque toutes les Trente glorieuses, alors même que l’économie connaissait une forte croissance.

Ainsi, fort de ses statistiques amplement biaisées, M. Delhommais peut-il se targuer d’appartenir à la zone monétaire « la plus compétitive du monde ». D’une part, ça reste déjà à prouver. Et surtout, d’autre part, ça fait une belle jambe à nos dizaines de millions de chômeurs et surtout à notre jeunesse qui commence à comprendre que son seul horizon n’est plus qu’une simple oscillation entre travail à la trique et Pôle emploi. On a connu mieux. Mais que le bon peuple se rassure. Il ne trime pas pour rien : ses efforts nous permettent bel et bien d’avoir l’oligarchie en passe de devenir la plus compétitive du monde. Cette crise était en fait bien salutaire (tant pis pour les souffrances qu’elle a engendré) : grâce à elle, « l’euro a réussi son crash test grandeur nature ». Dommage pour les mannequins vivants qui étaient dans l’euro-bus (et qui y sont toujours) au moment d’heurter le mur de plein fouet … Qu’eux-aussi soient rassurés : grâce à leur sacrifice l’euro « en devient trop fort », ce dernier point montrant à quel point M. Delhommais méconnaît les mécanismes les plus élémentaires de l’économie. L’euro n’est pas « trop fort », il reflète simplement la situation des échanges commerciaux de la zone euro avec le reste du monde. Ce qui est bien triste dans cette affaire, c’est que l’on retrouve la même ignorance, et donc incompétence, au plus haut sommet de l’Etat[viii].

On ne manquera évidemment pas le bon petit rappel à l’extraordinaire générosité allemande, Berlin ayant « déboursé 114 milliards d’euro pour sauver les pays d’Europe du Sud à la faillite ». L’impartialité, qui n’est certes pas le fort des éditocrates de bazar, aurait voulu que l’on précise que ces 114 milliards de débours ne sont certes pas un généreux don mais un simple prêt, qui plus est à un taux qu’on pourrait presque qualifier d’usuraire. En effet, l’Allemagne (et les autres) ne fait qu’apporter sa garantie aux différentes fonds européens (FESF et MES[ix]) qui lèvent en son nom des emprunts sur les marchés à des taux de l’ordre de 2 à 3% pour les refourguer dans la foulée aux pays en difficulté à un taux de 5%. Pour la générosité, on repassera. Quant à la solidarité européenne, elle en est au même point que l’ « Europe sociale » ou l’ « Europe puissance », c’est-à-dire au point mort, ultime avatar des utopistes qui refusent de se rendre compte qu’ils se font bassinés depuis trente ans. Ainsi, après s’être joyeusement fait lessivés par la finance, Grecs, Portugais et autres Irlandais se font donc essorer sans complexe par la « généreuse » Allemagne. N’omettons pas non plus de préciser que derrière l’altruisme des « leaders » de la zone euro, couple franco-allemand en tête, se cache aussi le sauvetage en catastrophe de leurs banques, Deutsche Bank et BNP Paribas en tête, fortement engagées auprès des Etats en faillite et qui peuvent ainsi récupérer leurs billes aux frais des contribuables en question. Après les renflouements ayant fait suite au désastre de Lehmans Brothers, pas de raisons de se priver une seconde fois de la générosité des Etats et de leurs citoyens …

On peut ensuite, tel M. Delhommais, se plaindre de « l’eurobashing auquel se livrent en permanence la plupart de nos politiques ». Encore faudrait-il présenter objectivement les faits. On rappellera simplement que du PS à l’UMP en passant par EELV, le MODEM et l’UDI, tous les partis qui se sont partagés le pouvoir depuis trente ans ont été de biens disciplinés catéchumène de la monnaie unique. Mais il est vrai qu’à force de propagande on en vire souvent à la paranoïa.

Origine de l’illustration : http://lepetiteuropeiste.blogspot.fr/2013/12/le-point-et-les-neocons.html

[i] « Où ils font un désert, ils disent qu'ils ont fait la paix » (traduction usuelle) ou « ils en font un désert, et ils appellent cela la paix ». Tacite, Vie d'Agricola, 30 (phrase mise par Tacite dans la bouche de Galgagus, héros calédonien, flétrissant les excès des Romains. Ces mots s'appliquent aux conquérants qui colorent leurs ravages d'un spécieux prétexte de civilisation).

[ii] Dans ce triste paysage, morne plaine de la défaite de la pensée et du pluralisme, notera-t-on toutefois l’ouverture d’esprit et la capacité critique du magazine Marianne.

[iii] Lire Jacques Sapir, L’Eurocauchemard, Russeurope, 16/05/2014.

[iv] Du moins celle qui nous est imposée.

[v] 0,6% en Grèce, 0,6% en Italie, 0,8% au Portugal, 1% en Espagne.

[vi] Sur le sujet, lire L’œil de Brutus, Après Goldmans Sachs, la Commission européenne manipule aussi les chiffres de la dette grecque, 15/05/2014.

[vii] Mieux encore : on peut aussi espérer la jouissance finale de « fin de l’histoire » en ce jour où tous les pays de la planète seront enfin excédentaires. Sans doute alors exporterons-nous notre production vers la Lune en échanges de quelques cailloux lunaires forts bien côtés sur le New York Stock Exchange planétaire. Mais il faudra alors fortement sermonner la Lune afin qu’elle rééquilibre sa balance des paiements et consente enfin à l’indépendance de sa banque centrale productrice de cailloux monétisés. Les experts de la Troïka (BCE, FMI, Commission) ne sauraient alors tarder à entreprendre le voyage lunaire pour une saine mise sous tutelle.

[viii] Lire L’œil de Brutus, Discours de Manuel Valls au Parlement : non l’euro n’est pas surévalué, 29/04/2014.

[ix] Fonds européen de stabilité financière et Mécanisme européen de stabilité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article